Frais de livraison à partir 2,95€ Abonnement premium

RECAP : Resident Evil 7 Biohazard

On ne présente plus la licence RESIDENT EVIL éditée et développée par CAPCOM. Cette saga qui a commencée en 1996 sur PS1, a mis en lumière un style de jeu peu rependu à l’époque, le Survival-Horror. Alone In The Dark à fait naître ce type de jeu en 1992 sur PC, mais ce dernier n’a alors pas fait grand bruit.

HISTORIQUE DE LA SAGA

Comme mentionné plus haut, la saga RESIDENT EVIL a commencée en 1996 sur la première console de Sony et se présente comme une véritable révolution en termes de gameplay (vue TPS, en 3D, et avec des plans fixes), sans parler de l’extrême violence graphique (énormément de sang et environnements très crades). A noter également que cette saga reprend dans les 3 premiers épisodes, les codes de mise en scène cinématographique du réalisateur Georges Romero, je pense notamment ici au film « La Nuit des Morts-Vivants », sorti en 1985.

Cette saga qui a marqué l’histoire du style survival-horror, comme je disais plus haut, raconte l’histoire d’un virus crée par la société Umbrella, qui transforme la population de Racoon City en zombies et les animaux en monstres géants. «Je n’oublierai jamais cette raclure de serpent, souffrant de cette phobie !». Les autorités, ainsi qu’une organisation secrète appelée le BSAA, vont devoir enquêter sur ce virus et survivre dans ce chaos cauchemardesque.

En premier lieu, le plus important sont la peur et la violence, mais aussi le fait de devoir faire attention à ses munitions et ses soins, et de parfois privilégier la fuite plutôt que de combattre, au risque de mourir. La licence gardera toutes ces mécaniques de gameplay, tout en les modernisant dans les épisodes sur PS2, XBOX et GAMECUBE. Il y a aussi des énigmes à résoudre pour pouvoir avancer à certains moments. Notez également que, hormis les épisodes numérotés, RESIDENT EVIL comporte aussi des spin-off (bien que certains épisodes non numéroté fassent partie de l’histoire principale), dont quelques Rails Shooter. Certains sont de très grande qualité, comme Code Veronica ou encore Revelations, et d’autres sont vraiment médiocres comme les deux épisodes Survivor. J’ai personnellement beaucoup d’affection pour les épisodes Outbreak, qui proposent plusieurs histoires avec plusieurs personnages différents, et des mécaniques de gameplay propres à chacun.

Les personnages comme Leon Scott Kennedy, Chris Redfield ou encore Albert Wesker, pour ne citer qu’eux, ont marqué les joueurs,de par leurs histoire et leur charisme indéniable. Mention spéciale pour Wesker que je considère comme l’un des meilleurs méchants, parmi tous ceux présents dans toutes autres sagas de jeux-vidéo.

C’est à partir de RESIDENT EVIL 4 que la formule sera réinventée, avec un gameplay beaucoup plus souple et dynamique, et avec cette fois-ci une caméra à l’épaule très proche du personnage et plus de plans fixes. L’action y sera aussi plus présente que dans les épisodes précédents. Les deux opus suivants seront aussi calqués sur ce schéma, ce qui va créer une division chez les fans de la série.

L’ARRIVÉE DE RESIDENT EVIL 7

C’est lors de l’E3 2016 que CAPCOM dévoile un jeu très mystérieux, avec une ambiance très macabre, crade et angoissante. Quelque chose que nous n’avions plus l’habitude de voir dans la plupart des productions vidéoludiques, car l’action avait vraiment pris le pas dans la plupart d’entre-elles.

Ce jeu se présentait en vue FPS et me fit penser dans un premier temps à SILENT HILL (PT), ce dernier devait être développé par KOJIMA PRODUCTION et fut annulé par KONAMI deux ans plus tôt « Bordel de…….. ! »

Toujours est-il que ce nouveau titre de CAPCOM s’est avéré être RESIDENT EVIL 7 BIOHAZAD, à la grande surprise générale. La vue FPS était une première dans la saga, et le plus important fut le retour du genre Survival-Horror au sein de celle-ci. Un véritable retour aux sources qui a ravi les fans de la première heure, dont je fais moi-même partie.

Nouveau scénario, nouveaux personnages et surtout un nouveau mal inconnu à affronter. Pour vous parler brièvement de l’histoire, nous découvrons Ethan Winters, un homme sans histoires qui reçoit un e-mail vidéo de sa femme Mia, disparue depuis 3 ans (sachant que les événements se déroulent en 2017, soit 4 ans après RE 6), et qu’il croyait morte. Dans ce mail, Mia demande à Ethan de ne pas la chercher sous risque de se mettre en danger, mais ce dernier fera bien évidement le contraire.

A son arrivée dans la ville de Dulvey (ville fictive en Louisiane), il découvre un manoir délabré, qui paraît aux premiers abords vide et sans quelconque éclairage. Ethan découvre alors ce lieu sombre, effrayant, et encore une fois très sale, dans lequel il espère retrouver sa femme. C’est à ce moment là que nous rencontrons les antagonistes du jeu : la famille Baker.

Et c’est à partir de ce moment que le jeu commence réellement, avec ce fameux gameplay en vue FPS, qui je trouve, intensifie la peur. Nous avons droit ici à de réels moments d’angoisse et de pression, avec le fait de toujours bien économiser nos soins et nos munitions. Cela impliquera donc encore une fois de parfois préférer la fuite plutôt que l’attaque.

Le gameplay demandera aussi une certaine gestion au niveau de vôtre inventaire, car on ne peut pas porter d’armes ou d’objets sans limites (l’inventaire pourra toutefois s’agrandir au fil de l’aventure en trouvant les items qui le permettront). Comme dans les épisodes précédents, nous aurons des herbes vertes et jaunes, qui serviront à régénérer la santé de notre personnage, qu’il va falloir combiner pour obtenir une efficacité maximale.

Nous avons également un arsenal d’armes plutôt varié, comme comme par exemple le pistolet classique, le couteau, le fusil à pompe, les grenades et bien d’autres encore. Vous pourrez également fabriquer des munitions et certaines armes selon les éléments que vous trouverez dans les différents environnements, il est donc important de fouiller très attentivement.

Il sera également possible d’améliorer notre personnage, au niveau de sa santé, sa résistance, ainsi que sa force. Le bestiaire, hormis la famille principale, est peut-être le point le plus faible du jeu, car il est très peut varié.

Cependant affronter la famille Baker est un réel plaisir, notamment le père, qui va vous poursuivre partout tel le Nemesis dans RE 3. Les combats de boss sont présents, et ne sont pas forcément mauvais, cependant, je m’attendais à quelque chose de plus punchy. Il y a également un autre défaut de mon point de vue personnel : les allez-retour obligatoires pour accéder à certains endroits clés pour avancer dans l’histoire principale. Si vous souhaitez explorer certains endroits, vous devrez d’abord chercher des clés spécifiques à des emplacements précis, et ensuite revenir sur vos pas.

Nous avons dans cet épisode, plusieurs références au cinéma d’horreur comme par exemple The Ring, Saw, ou encore Détour Mortel, ce qui fait bien plaisir.

Je vous conseille également de bien lire les notes que vous trouverez un peu partout pendant votre aventure, celles-ci vont vous aiguiller sur le background des personnages, ainsi que l’histoire en général.

Les musiques ainsi que les bruits d’ambiance sont excellents, notamment le thème principal qui fait vraiment froid dans le dos.

Cet épisode marque aussi l’arrivée d’un nouveau moteur graphique, le RE ENGINE, et je vous le dis, il a vraiment de la gueule, que ce soit au niveau de la modélisation des visages ou de la direction artistique qui nous mettent vraiment en immersion.

Une sacrée aventure qui m’a pris une vingtaine d’heures et que je ne suis pas prêt d’oublier.

Vous trouverez ci-dessous mon vidéo test fait à l’époque de sa sortie.

Vivement RESIDENT EVIL VILLAGE !

DONNE-NOUS TON AVIS

Laisser un commentaire

à propos

à ne pas manquer

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Cosmoplayer est un site internet créé en 2020, entièrement consacré à l’univers du jeu vidéo, sur notre site vous trouverez de nombreux contenus liés à l’industrie du JV. Notre équipe de rédacteurs propose un contenu quotidien de news, tests de jeux, previews et diverses rubriques pour vous divertir.
No posts for this criteria.

SOUTENEZ-NOUS

Votre aide à une énorme valeur pour nous et nous permets de travailler dans le domaine qui nous passionne.

©2020-2021 Cosmoplayer.fr – Tous droits réservés.

à propos
CONTACT
L'ÉQUIPE
RECRUTEMENT
POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ ET CGU
No posts for this criteria.

à propos

  • Cosmoplayer est un site internet créé en 2020, entièrement consacré à l’univers du jeu vidéo, sur notre site vous trouverez de nombreux contenus liés à l’industrie du JV. Notre équipe de rédacteurs propose un contenu quotidien de news, tests de jeux, previews et diverses rubriques pour vous divertir.

à ne pas manquer

No posts for this criteria.

FAIRE UN DON

SOUTENEZ-NOUS

Votre aide à une énorme valeur pour nous et nous permets de travailler dans le domaine qui nous passionne.

Cosmoplayer
Logo
Enable registration in settings - general
Compare items
  • Total (0)
Compare
0