Frais de livraison à partir 2,95€ Abonnement premium

PREVIEW : Monster Hunter Rise, l’épisode la relève sur console portable?

Alors que Monster Hunter World est sorti depuis maintenant trois ans et a bénéficié d’une extension de contenu majeure, Iceborne, la licence n’avait pas eu de nouvel opus, jusqu’à l’annonce de Monster Hunter Rise lors du Nintendo Direct de septembre dernier. Capcom à donc décidé de renouer avec Nintendo pour cet épisode, et avec les fans de la franchise ayant été quelque peu lésés depuis la sortie de MHW, qui n’a pas eu de portage sur la dernière console de Big N. La démo du titre a été disponible le mois dernier pour une durée limitée, et Capcom a communiqué de nombreuses informations sur le jeu. Au vues des éléments dont nous disposons, que peut-on attendre à date, de ce nouvel épisode de Monster Hunter?

ENTRE NOUVEAUTES…

Nous avons donc pu nous essayer à la démo mise à disposition par Nintendo et Capcom, tout comme nombre de chasseurs et chasseuses de gros monstres, novices comme expérimentés. La première chose à noter pour cette version d’essai, et qui est un bon point, est la présence de tutoriels introduisant les nouvelles fonctionnalités spécifiques à cet épisode Switch. Ces dernières à défaut d’être nombreuses, donnent une certaine fraîcheur à la série, comme avait pu le faire Monster Hunter World.

La première et principale nouveauté réside dans l’usage du Filoptère, un insecte avec lequel vous allez pouvoir vous accrocher non seulement à l’environnement qui vous entoure et vous propulser, comme vous pourriez le faire avec un grappin., mais aussi aux monstres que vous chassez. Cela ajoute une certaine verticalité au gameplay, bien plus que ce à quoi nous avions eu droit dans l”épisode précédent. De plus, le Filoptère va vous permettre de grimer sur les monstres, mais surtout, et c’est ce qui nous intéresse ici, de les chevaucher. La chevauchée de Wyverne introduit donc une nouvelle composante dans le gameplay, puisqu’elle va vous permettre de combattre à dos de monstres, et vous servir de ces derniers pour en combattre d’autres. De la même manière qu’avec vos armes classiques, vous disposerez donc de plusieurs attaques: une attaque de base, une attaque forte et une attaque chargée. Vous pourrez également sonner les monstres contre des parois ou rochers en les amenant à y foncer de manière délibérée. Dans les faits cela fonctionne plutôt bien, nous avons pu tester cette feature lors de quêtes en multijoueur, et elle s’avère très pratique pour faire descendre une bonne partie de la barre de vie du monstre principal qui était l’objectif de chasse, en chevauchant un monstre de plus petite taille qui est venu tailler bavette en notre compagnie.

Au rang des nouveautés introduites par cet épisode, on retrouve également l’apparition d’une nouvelle race de compagnons, les Chumsky. Compagnons canidés qui vous accompagneront tout au long de vos quêtes, ces derniers feront également office de monture, afin de pouvoir traverser les zones de manière beaucoup plus rapide. Il est par ailleurs possible de combattre tout en étant sur leur dos, cependant, vos coups et la portée de ces derniers en sera fondamentalement réduite. A noter que la maîtrise de la chevauchée et le combat sur vôtre monture, demanderont un poil de dextérité, puisqu’ils restent techniques mais toutefois accessibles. A la manière d’un Mario Kart, (oui, vous ne rêvez pas, mais la référence a du sens), il est possible de faire déraper votre Chumsky, qui obtiendra un boost conséquent en fin de glissade. Il faudra donc gérer celui-ci en conséquence, sous peine de finir dans le décor ou à l’exact opposé de la direction que vous aviez choisie. C’est en cette partie que réside la technicité relative à la “conduite” de votre monture. Aussi agile qu’un singe, votre compagnon pourra également vous hisser sur des rochers, de même que gravir et descendre des falaises à 90 degrés sans broncher.

Si cela s’avère déstabilisant au premier abord, on se rend vite compte que c’est en réalité bien pratique, puisque c’est deux fois plus rapide que si vous aviez eu à grimper vous même. On sent ici que l’équipe de Speedtree, en charge du développement du jeu, à voulu donner à l’expérience une certaine modernité et fluidité dans les mécaniques inhérentes à la saga des Monster Hunter. Certains aficionados de la série et chasseurs vétérans (tel que vôtre humble serviteur ici présent), trouveront que ce type d’améliorations tranche quelque peu avec le réalisme et l’exigence qui transparaît dans le gameplay de la série depuis ses débuts. Il est possible que vous puissiez avoir cette impression, mais d’autres aspects du jeu rappellent sans peine que l’on à bien affaire à un Monster Hunter, et peut-être même à un épisode “à l’ancienne”. Et non sans oublier nos compagnons Feylines (Palicos), qui sont bel et bien toujours de la partie, ne vous inquiétez pas, au même titre que dans les précédents jeux de la franchise (sauf Monster Hunter Tri qui avait eu l’affront de faire l’impasse sur ces derniers).

…ET NOSTALGIE

S’il intègre son lot de nouveautés, Monster Hunter Rise reste dans la veine des précédents épisodes en intégrant ce qui était déjà établi dans ces derniers. Dans ce sens, on peut toujours attraper les objets à la volée en courant, et dans ce cas précis, vous pourrez également les attraper à dos de Chumsky. Pour résumer, vous retrouverez tous les éléments de gameplay présents dans Monster Hunter World. Mais pourquoi parler alors , me direz vous, de nostalgie? Et bien, (et ici je vais donc m”adresser aux plus anciens chasseurs parmi vous), parce que d’une certaine manière, MH Rise ressemble sur de nombreux aspects aux premiers épisodes de la série, notamment ceux sur consoles portables. En effet, en premier lieu, les zones si elles s’avèrent plus ouvertes qu’auparavant, restent assez cloisonnées et relativement vides. Les textures et la direction artistique restent dans des tons assez ternes, comme pouvait l’être un Monster Hunter Freedom par exemple.

Même si l’ouverture des zones rapprochent MH Rise de MH World, les zones manquent cruellement de vie et d’effets d’ambiance, tout est relativement statique, comme dans les épisodes plus anciens. Cela est sûrement dû, en majeure partie, aux limitations techniques du support, la switch restant une console semi portable assez limitée techniquement parlant. Si cela pourra pourra rebuter quelques joueurs ayant débuté la série par Monster Hunter World, du fait que cela coupe un temps soit peu l’immersion, cela viendra titiller les chasseurs plus anciens et réveiller leurs bons souvenirs passés sur les anciens épisodes. Ce sentiment sera renforcé par le fait que de nombreux anciens monstres viennent gonfler le roster de ce nouvel épisode tel le Tigrex, le Ludroth Royal, le Rathalos ou bien encore le Lagombi et Grand Baggi. Autre parallèle avec les anciens épisodes, le village de Kamura, qui sera le hub central du jeu, ressemble quelque peu a Yukomo, le village de Monster Hunter Portable 3rd (sorti au japon uniquement sur PSP le 1er décembre 2010, et sur PS3 en version HD l’année suivante).

En effet les visuels communiqués par Capcom rappellent quelque peu ce village, dans ses tons mais surtout du fait qu’il soit surplombé d’un “Onsen” (source d’eau chaude où l’on peut prendre un bain). J’ai pu passer quelques centaines d’heures sur cet excellent épisode, que j’ai importé tout spécialement du pays du soleil levant à l’époque, pour pouvoir y jouer sur la première console portable de Sony, c’est pourquoi je puis faire des parallèles entre ces deux épisodes. On retrouve également par ailleurs certains monstres introduits par cet épisode dans les derniers opus de la saga, de même que dans MH Rise.

MODE PORTABLE VS MODE DOCKE

La Nintendo Switch étant une console représentant un concept à part entière, il advient de préciser les subtilités liées à la prise en main et au rendu du jeu sur ce support. En premier lieu, le mode portable fait ressortir un premier défaut du jeu (et qui peut-être handicapant en termes d’accessibilité pour les mal-voyants), la taille des textes: cette dernière est vraiment minuscule et nous a personnellement posé problème. Le souci étant que cela est à peine mieux en mode TV puisque ayant joué relativement proche de notre écran, nous avons pu avoir une certaine difficulté à lire les textes et ressenti une certaine fatigue occasionnée par cette gêne.

Cela s’annonce donc assez compliqué pour un certain nombre de joueurs, les textes étant principalement des informations cruciales sur le gameplay et la manière de jouer, ainsi que pour la compréhension de l’histoire, dans les jeux Monster Hunter. Deuxième point sur le mode portable, si les touches sont de manière générale distribuées de manière assez logique, il nous est souvent apparu que devoir bouger la caméra avec le joystick droit, en pleine action, pouvait s’avérer être un certain calvaire, et nous faire ainsi perdre le fil vis à vis de ce qu’il se passe à l’écran. Nous avons tout spécialement observé cette lacune lors des combats et de la chevauchée de Chumsky. En mode docké avec une manette en revanche, l’exercice s’avère d’entrée beaucoup plus accessible et intuitif. Deuxième point noir pour le mode portable donc. A contrario, en ce qui concerne les visuels du jeu en eux-mêmes, ceux-ci sont beaucoup plus agréables à regarder en mode portable, car le mode TV fait part belle aux textures baveuses et peu détaillées, ainsi qu’au vide certain quant à la faune et la flore des environnements. Heureusement on reste cependant bien loin du recyclage dont nous avait abreuvé l’épisode Monster Hunter Générations sur 3DS, car ici les zones proposées sont pour le coup totalement inédites, à défaut d’être nombreuses.

POINT SUR LE MULTIJOUEUR

A la grande habitude la série, le mode multijoueur fait partie intégrante de la formule et Monster Hunter Rise ne déroge pas à la règle. Si l’intérêt de la démo proposée par Capcom était d’introduire les nouveautés en terme de gameplay, cette dernière était sans nul doute l’occasion de tester les quêtes multijoueurs proposées par le jeu. Ici point de mésaventures à conter, les serveurs étaient stables de même que le matchmaking, et les joueurs ont répondu présent, donc aucun problème d’attente ni de stabilité à déplorer. C’est avec plaisir que nous avons donc chassé en groupe, la difficulté inhérente à ce type de quête étant au rendez-vous.

Rassurez-vous cependant amis joueurs qui préférez les expériences solo, la série Monster Hunter propose les deux facettes, vous pourrez tout aussi bien parcourir le soft seul, même si l’intérêt de certaines quêtes et leur difficulté est plus adaptée au jeu à plusieurs. De la même manière, arrivé à un certain rang, certaines récompenses et quêtes ne vous seront accessibles qu’à condition de jouer avec d’autres chasseurs, la difficulté de certaines de ces dernières nécessitant en effet d’être accomplies en tant que tel.

CE QUE L’ON SAIT D’AUTRE

Si bien des aspects du jeu n’ont pas fait partie intégrante de la démo par choix éditorial, comme l’on peut le présumer, Capcom n’a pour autant manqué de communiquer sur nombre des aspects de ce prochain épisode. On apprend donc pour commencer, que le village de Kamura, en plus d’être le hub central du jeu où vous aurez le loisir d’améliorer votre équipement via la forge, stocker votre équipement et objets (dans votre résidence attitrée comme à l’accoutumée), proposera un Grand Camp pour point de ralliement pour le Multijoueur et lieu de détente. Grande nouveauté qui avait été inaugurée par l’extension de MH World, j’ai nommé Iceborne, vous pourrez désormais arpenter l’entièreté du village, et profiter de ses infrastructures en compagnie de quatre autres joueurs maximum.

Depuis le temps que l’on attendait cette feature, enfin, et merci Capcom! Vous pourrez ainsi discuter et interagir avec vos amis ou d’autres joueurs, cela rendant l’expérience et l’immersion beaucoup plus agréable, il va sans dire. Là où les précédents épisodes s’en trouvaient on ne peu plus vieillissants sur cet aspect en particulier, les chasseurs et chasseuses étant limités au Grand Hall pour cela.

Kamura introduira son lot de personnages hauts en couleurs, pour une quête principale et un pitch qui seront assurément dans la trempe de l’épisode précédent, à en juger par les informations dont nous disposons. Nos amis Feylines seront aussi de la partie pour nombre de services dans le village. A quand le retour de la ferme s’il vous plaît Capcom? Elle nous manque assurément.

Le village sera donc ici touché par un mal nommé la Calamité, qui sera la raison d’une vague d’attaques de monstres sur la bourgade. Pour pallier en partie à cela, les villageois ont construit une forteresse comportant des infrastructures telles que des canons, que nous pourrons sûrement utiliser pour repousser des monstres lors de missions scénarisées.

Un nouvel animal, la Hibouette, sera présent à Kamura pour vous aider à localiser les monstres et vous pourrez les habiller comme vous pouviez le faire avec nos habituels amis les Poogies. Ces derniers seront-ils de la partie? Nous ne le saurons malheureusement qu’à la sortie du soft. Comme vous l’avez sûrement compris précédemment, les Chumsky (Pilpoils) viendront vous accompagner lors de vos quêtes, ainsi que vos amis Palicos, à la différence qu’ils vous serviront aussi de montures.

Trois nouvelles zones vous seront accessibles pour accomplir vos quêtes:

  • La Forêt Inondée
  • Le Temple oublié
  • L’Archipel de glace

Pour chasser votre gibier, à savoir les petits et gros montres, vous n’aurez pas moins qu’un panel de quatorze armes différentes à votre disposition, et donc toutes celles présentes jusqu’à présent dans les précédents épisodes. La faune et la flore locale vous seront d’une grande utilité puisque ces dernières vous permettront de crafter moults armes, consommables, objets et pièces d’équipement. Ainsi la “Faune locale” des différentes zones vous sera une grande alliée puisque cette dernière vous assistera de différentes manières. Les Spectroiseaux vous octroieront des bonus d’endurance, vie, défense ou attaque suivant leur couleur, et ce, jusqu’à la fin de votre quête. Cependant leur durée et l’augmentation de ces dernières dépendront du Florelet que vous aurez équipé. Ce dernier n’étant nul autre qu’un nouveau bracelet sur lequel viendra se fixer le pollen correspondant transporté par les Spectroiseaux.

Les Cendrelettes quant à elles, sont un type de belette dégagent des phéromones spécifiques qui vous permettront d’attirer les grands monstres, elles vous serviront donc d’appâts pour que les monstres se battent entre eux. Un moyen comme un autre pour les occuper ou les affaiblir en somme. Seulement vous ne pourrez qu’en transporter que cinq maximum dans votre cage.

Le Giganha est lui un poisson, qui, si vous lui donnez de la viande crue, devient complètement incontrôlable et fera subir de lourds dégâts aux monstres ou chasseurs se trouvant à proximité. Un atout qui est donc à utiliser avec précautions, vous vous en doutez.

Enfin, les Tissinsectes sont des papillons spéciaux qui émettent un nuage de poussière qui vous permettra d’acquérir un bonus temporaire pour votre défense.

Pour finir, il est à noter que la démo nous à fait l’honneur d’introduire un nouveau thème original à la série, chanté en japonais par un personnage féminin qui semble être un personnage important du village de Kamura, et ce dernier est un pur chef-d’oeuvre pour les oreilles. Si le reste des musiques du jeu sont de cette qualité, la bande originale de ce MH Rise risque d’être l’une des meilleures de la saga, assurément.

Vous l’aurez compris, Monster Hunter Rise apporte donc son lot conséquent de nouveautés à la série, qui semblent faire de lui un épisode à part entière. Il surfe sans nul doute sur une certaine nostalgie, celle des précédents épisodes de la saga, puisque nombre d’éléments sont sans rappeler ceux déjà présents sur les anciens opus portables de Monster Hunter. Cependant la maniabilité du soft en mode portable peine à convaincre, du côté de sa caméra notamment, et le mode TV ne rend quant à lui pas la part belle aux textures étirées et baveuses des environnements, qui eux manquent de vie et d’animations, et ce de manière notable. On sent donc bien ici les limites techniques du support qu’est la dernière console de Nintendo. Reste un mode multijoueur toujours aussi agréable à parcourir en compagnie de quatre autres joueurs, et qui plus est ici étendu jusqu’au village de Kamura, où vous pourrez rencontrer vos amis ainsi que d’autres chasseurs. Si sur le papier et aux vues de la démo dont nous à gratifié Capcom, ce nouvel épisode semble somme toutes assez convainquant, il faudra attendre la sortie du soft le 26 mars prochain pour donner un avis tranché, puisque c’est la date où le jeu complet se retrouvera dans nos mains avides.

80%
NIVEAU D’ATTENTE
DONNE-NOUS TON AVIS

Laisser un commentaire

à propos

à ne pas manquer

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Cosmoplayer est un site internet créé en 2020, entièrement consacré à l’univers du jeu vidéo, sur notre site vous trouverez de nombreux contenus liés à l’industrie du JV. Notre équipe de rédacteurs propose un contenu quotidien de news, tests de jeux, previews et diverses rubriques pour vous divertir.
No posts for this criteria.

SOUTENEZ-NOUS

Votre aide à une énorme valeur pour nous et nous permets de travailler dans le domaine qui nous passionne.

©2020-2021 Cosmoplayer.fr – Tous droits réservés.

à propos
CONTACT
L'ÉQUIPE
RECRUTEMENT
POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ ET CGU
No posts for this criteria.

à propos

  • Cosmoplayer est un site internet créé en 2020, entièrement consacré à l’univers du jeu vidéo, sur notre site vous trouverez de nombreux contenus liés à l’industrie du JV. Notre équipe de rédacteurs propose un contenu quotidien de news, tests de jeux, previews et diverses rubriques pour vous divertir.

à ne pas manquer

No posts for this criteria.

FAIRE UN DON

SOUTENEZ-NOUS

Votre aide à une énorme valeur pour nous et nous permets de travailler dans le domaine qui nous passionne.

Cosmoplayer
Logo
Enable registration in settings - general
Compare items
  • Total (0)
Compare
0